• Atlas Trudaine

Conservation d’un jardin privé à Ville d’Avray

MaisonsdesIllustres-150x150L’agence s’est vue confiée la réalisation d’un plan de gestion pour cette propriété d’un hectare, située au cœur de Ville d’Avray. Après en avoir retracé l’histoire, l’agence a réalisé un inventaire et un bilan phytosanitaire des arbres puis un diagnostic historique. Dans un soucis de conservation des structures en place, un plan de gestion a été établi sur plusieurs années. Il adopte le parti d’une conservation des structures présentes à l’origine.

 

Une composition concentrant les styles des jardins au XVIIIe

La fin du XVIIIe siècle est marquée par un changement de goût esthétique et un désir de nouveauté depuis la chute de l’Ancien Régime. Ce plan révèle la complexité stylistique qu’ont connue les jardins à la fin du XVIIIe siècle. La composition et ses différentes structures se situent dans la tradition du style « pittoresque » qui selon Monique Mosser, « domine jusqu’en 1789 au moins ». Cependant, alors que plusieurs détails dont notamment le tracé sinueux de certaines allées et les formes ondulantes des pièces d’eau appartiennent bien au vocabulaire des jardins
anglo-chinois
(antérieur au style pittoresque), d’autres, comme la grande pelouse centrale « garnie de massifs » ou les tracés qui ondulent à peine des allées majeures montrent une simplification, une « épuration » selon Arthur Mangin qui semble annoncer le style paysager. Ce dernier « allait perdurer jusqu’à la chute du second Empire et même au-delà » (M. Mosser).

Notons les petits « serpenteaux » ou « chemins tournants » qui lient la trame régulière des anciens carrés potagers et fruitiers avec celle du « jardin anglais ». Finalement, ce plan exprime la complexité qui caractérise les styles anglo-chinois, pittoresque et proprement paysager. »

 

Un projet qui repose sur un entretien orienté

Les tracés des allées et les différentes structures composant le jardin ont été bien conservés jusqu’à nos jours ; ils ont évolué « naturellement » vers un assouplissement des formes et un appauvrissement de la gamme végétale. Plus que le jardin en lui-même, c’est son environnement qui a évolué vers davantage de constructions.

Aujourd’hui, le projet propose de redonner de la force à l’ensemble, par un enrichissement botanique des masses plantées et une reprise des différentes structures. Le choix des plantations dépend des vues à cacher ou à ouvrir sur les abords.

Analyse stylistique plan XVIII-370

 

Projet general juin 2015-370
Plan projet de conservation des jardins.

 

DSC_0025-370
Le kiosque.